Journal du site de Pierre Soulages Le journal de la rédaction du site pierre-soulages.com

Anniversaire du musée Soulages

Le 3 juin 2015

"un an déjà"

 

IMG_3271IMG_3274IMG_3131IMG_3141IMG_3285IMG_3293IMG_3292IMG_3177IMG_3173IMG_3167IMG_3295IMG_3156IMG_3126IMG_3115IMG_3097IMG_3305 -rkdrIMG_3300

 

Rangé dans : musée Soulages

RCR arquitectes, médaille d’or de l’Académie d’Architecture Française 2015

Le 3 juin 2015

pierre-soulages-au-cote-de-ramon-vilalta-createur-de_950129_500x333p

L'Académie récompense les architectes du musée Soulages

"Après Rudy Ricciotti pour le Musée des Civilisations d’Europe et de Méditerranée (MuCem) de Marseille ou l'Indien Bijoy Jain en 2014, l'Académie d'Architecture Française vient de décerner la médaille d'or de l'Académie 2015 à l’agence d’architecture RCR à Olot, créée par Rafael Aranda, Carme Pigem et Ramon Vilalta, en reconnaissance du travail effectué dans l'art de la construction."

[...] sur centrepresseaveyron

____________________________________________________________________________

image002all

©Markus Heltschl 2014

Rangé dans : musée Soulages

Table ronde, la naissance du musée Soulages

Le 2 juin 2015

En présence de Pierre et Colette Soulages, de Christian Teyssèdre, président et Marc Censi, ancien président du Grand Rodez, de Carme Pigem, RCR arquitectes, des conservateurs successifs Estelle Pietrzyk et Benoît Decron, de Pierre Encrevé, de Patrice Lemoux, président des Amis du musée, de Carole Delga, secrétaire d' Etat chargée du commerce. 

Amphithéâtre du centre universitaire Jean-François Champollion, avenue de l'Europe, Rodez.

IMG_3118+ IMG_3120+  IMG_3123

IMG_3122IMG_3258+

IMG_3265+

Rangé dans : archives, musée Soulages

« Les Noirceurs de l’Univers »

Le 2 juin 2015

"Musée Soulages : un an déjà !", le 29 mai, salle de la Doline à Sébazac. Organisé par "Itinéraires & découvertes"

Conférence de Daniel Kunth, astrophysicien

 

IMG_3085IMG_3091

extrait de l'interview de Pierre Soulages par Pascal Alquier publié le 29/05/2015 sur telerama.fr :

[...]

Quel regard portez-vous sur l’art aujourd’hui ?

Je ne sais pas. Beaucoup de choses se produisent, beaucoup de choses intéressantes qui échappent à la peinture, beaucoup d’installations. Je ne m’intéresse pas seulement à l’art mais aussi à la recherche. L'un de mes amis, Daniel Kunth, qui donnera le 29 mai prochain une conférence au musée de Rodez, est astrophysicien. Il s’intéresse aux galaxies, à des choses qui nous ramènent à ce que nous sommes, c’est à dire même pas un infime grain de sable sur une plage. Dans le cadre de ses recherches, il a eu le télescope Hubble à sa disposition pendant un peu moins d’une semaine et il l’a branché sur un point de notre galaxie grand comme un chas d’aiguille et il a vu passer une foule d’autres galaxies ! (rires) On se rend compte aujourd’hui que la Voix Lactée qui constituait avant notre univers, est une galaxie entourée d’autres galaxies. Au milieu d’amas de galaxies. Et quand on sait ce qu’est la Voix Lactée, les milliards de soleils qu’elle comporte… et qu’il y en a davantage que ce que l’on croyait ! (rires) Est-ce que l’art est une réponse à cela ? Les religions sûrement.

[...]

IMG_3100rkdr

 

à lire : "Les mots du ciel"

par Daniel Kunth, astronome au CNRS, initiateur de la "Nuit des étoiles" en 1991.

préface d'Hubert Reeves

CNRS éditions, collection "Le banquet scientifique" dirigée par Jean Audouze, Paris, 2012,

CNRS éditions, coll. "Biblio", Paris 2015

ISBN : 978-2-271-08656-3, ISSN : 2119-2715

 

à voir :  DANIEL KUNTH

sur youtube.com 

"LES NOIRCEURS DE L'UNIIVERS" - PALAIS DE LA DECOUVERTE - 3 JUIN 2015 -

L'Univers recèle bien des « noirs » étranges et passionnants. Une matière invisible fait bouger les étoiles et les galaxies. Tel un génie sortant de sa bouteille, une énergie noire repousserait l’Univers. Au centre de la Voie Lactée, un trou noir glouton ou repu mène la danse. Comment les observer puisqu’ils sont "noirs"?

 

 

“Le sacré n’est pas le religieux : tout le monde le porte en soi”

Le 21 mai 2015

Pierre Soulages : “Le sacré n'est pas le religieux : tout le monde le porte en soi”

entretien avec Eric Delhaye, publié le 21/05/2015

sur telerama.fr

pierre-soulages-le-sacre-n-est-pas-le-religieux-tout-le-monde-le-porte-en-soi,M223445

[...]

Qu'y verra-t-on de votre travail ?

Mon musée, à Rodez, a prêté des cartons [des plaques grandeur nature en mélaminé blanc, NDLR] préparatoires à la réalisation des vitraux. L'architecture de Conques est dominée par la compacité, la force et la verticalité. Je devais différencier le monde de la lumière. J'ai imaginé des lignes obliques et souples pour les vitraux. Mais avant, une recherche m'avait occupé durant des années : celle du verre le mieux adapté.

[...]

S'agissant d'un édifice religieux, le caractère sacré de cette lumière a-t-il influé ?

Le sacré n'a pas précédé mon travail, il y est arrivé naturellement. Autrefois, quand des gens entraient dans l'abbatiale, ils bavardaient. Aujourd'hui, ils chuchotent. La lumière provoque le recueillement.

Etes-vous croyant ?

Je suis agnostique. La seule chose que je sais, c'est que je ne sais pas. Mais le sacré n'est pas le religieux : tout le monde le porte en soi.

D'autres projets de vitraux vous ont été présentés. Pourquoi les avoir refusés ?

On m'a surtout proposé la nouvelle synagogue d'Aix-la-Chapelle. Mais il aurait fallu que je repense tout et j'y aurais encore passé des années. Or, mon métier, c'est la peinture. Conques ne se refusait pas. Je devais avoir 14 ans quand, en regardant la nef de Conques depuis le transept, j'ai éprouvé un emballement face au rapport entre l'espace, l'architecture et la lumière. J'aimais déjà peindre mais, soudain, c'est devenu la seule chose qui compte.

Rangé dans : entretien

Rodez et le musée Soulages à la « une » de l’Express

Le 29 avril 2015

http://www.centrepresseaveyron.fr/2015/04/28/rodez-et-le-musee-soulages-a-la-une-de-l-express,957849.php

lexpress_941393_500x333p

Le magazine hebdomadaire national, l’Express, publie un numéro spécial dédié à l’effet Soulages sur Rodez, en kiosque ce mercredi.

Dans cette édition régionale, le magazine explore "les coulisses d’un lieu exceptionnel" et propose des "entretiens exclusifs à propos de Pierre Soulages pour son musée", sur douze pages.

 

« Le bleu de l’œil »

Le 21 avril 2015

Du 25 avril au 27 septembre 2015, le musée Soulages présente l’exposition Claude Lévêque « Le Bleu de l’Oeil ». Pour cette troisième exposition temporaire Benoît Decron, directeur et conservateur en chef des musées du Grand Rodez, a invité l’artiste majeur de la scène artistique française et internationale à imaginer une installation pour le musée Soulages.

L’installation se prolonge dans la ville de Rodez jusqu’au musée Fenaille avec un parcours ponctué par une vitrine de magasin abritant deux phrases de néon.

À travers une scénographie unique, Claude Lévêque invite le visiteur à se confronter à sa propre histoire. La proposition dans la salle des expositions temporaires du Musée Soulages renvoie à d’autres dispositifs in situ comme Le Grand Sommeil (Mac/Val, 2006), Le Rodeur (Palais Farnese, Rome, 2006), The Diamond Sea (CRAC de Sète, 2010) ou Sous le plus grand chapiteau du monde (Musée du Louvre, 2015).

Pour Le Bleu de l’œil au musée Soulages, le visiteur se déplace dans une clarté nocturne sous le ciel ou sous l’océan. Entouré d’ondulations bleutées, son pas s’enlise. Une déambulation dans un espace éthéré à la fois liquide et aérien, parcourue de vibrations qui perturbent la perception sensorielle du lieu. L’installation du musée Soulages révèle comme une fiction à la fois majestueuse, romantique et mystérieuse. Artiste sans concessions, Claude Lévêque isole le regardeur dans sa construction, une clairière éclairée çà et là d’éclairs de chaleur.

Le Châtiment au musée Fenaille

Le musée Soulages sera le point de départ d’un parcours qui ira du musée Soulages au musée Fenaille, écrin d’art et d’histoire, avec un dispositif lumineux intitulé Le Châtiment. L’installation placée au centre du musée, tient en une interminable branche de bois, torse et desséchée, dressée sous le ciel de la verrière obscurcie. Cette sculpture conjugue le hasard de la collecte, un bois flotté aux formes fantastiques, et son tressement de néon rouge. Un signe, une écriture.

« Une manière de décaper visuellement un dispositif qui sied habituellement aux musées de sculpture, ce « syndrome d’Orsay », déclare Benoît Decron.

Parcours dans la ville de Rodez

Deux phrases de néon seront positionnées dans la vitrine d’un ancien commerce de la ville de Rodez pour ourler et ponctuer le parcours d’un site à l’autre. Ces phrases ont une graphie fracturée, avec l’autorité d’un sens lapidaire, sans issue.

Ces manifestations complémentaires composeront ce que le musée imagine avec l’auteur comme un punctum monographique, également un parcours initiatique.

Rangé dans : musée Soulages

Autour d’un Outrenoir de Pierre Soulages

Le 8 avril 2015

Réflexions sur le management collaboratif

par Pauline Hélou-de la Grandière et Amandine Meunier

sur CeROART, revue électronique

Résumé :

Les collaborations en conservation-restauration sont fréquentes, mais s’organisent la plupart du temps de façon empirique : une méthodologie est proposée ici, reprenant les outils utilisés en médecine et en management. L’article donne l’occasion de revenir sur cette expérience exemplaire du point de vue de la nécessaire coordination et de la collaboration pluridisciplinaire.

Texte intégral

img-1-small480

Rangé dans : archives

Soulages, l’éternité et un jour

Le 18 mars 2015

video : lefigaro.fr par Valérie Duponchelle

DANS L'ATELIER DE... Visite, un matin d'hiver, dans son refuge parisien où le peintre des «Outrenoirs» compose la matière pour jouer de la lumière. Rencontre avec un homme sans fausses manières, tout en concentration et projets, à 95 ans.

PHO88236cc0-b6c1-11e4-bc39-c78a8fa4adfb-805x453

Rangé dans : entretien

Conférence par Natalie Adamson (Paris, 17 mars 2015)

Le 2 mars 2015

« Goudron et Verre: L’Imagination matérielle et l’œuvre de Pierre Soulages, c.1948 »

Mardi 17 mars 2015, 18h.
Conférence publique dans le cadre du sujet annuel « Les Arts à Paris après la Libération » (direction Thomas Kirchner et Laurence Bertrand Dorléac)

Centre allemand d’histoire de l’art 
Salle Julius Meier-Graefe
Hôtel Lully.
45, rue des Petits Champs, 75001 Paris

P_-Soulages-Goudron-sur-ver

Cette conférence se propose d’étudier la relation entre le matérialisme de certaines formes de peinture abstraites et l’enquête philosophique menée sur la question de la matière au cours des années 1940. Je m’arrêterai sur le cas des peintures de Pierre Soulages autour de 1946-1948, et sur l’élaboration par Gaston Bachelard, philosophe des sciences et critique d’art à ses heures, d’une théorie de la créativité fondée sur une ‘imagination matérielle’. Je soutiens que cet exemple peut être utilement considéré comme emblématique des problèmes spécifiques rencontrés par la peinture en Europe dans l’immédiat après-guerre. Le but recherché était celui d’une forme authentique de matérialisme moderniste en peinture, qui ne serait réductible ni à un formalisme transcendant, ni à un terre-à-terre mythique. L’œuvre d’art existerait alors comme une somme, ou une série de propositions destinées à distiller et à révéler – à rendre visible – le processus de pensée. Ainsi, pour Soulages, “La théorie découle de l’œuvre, lui est en quelque sorte implicite.”

 

Rangé dans : archives, Blog