Journal du site de Pierre Soulages Le journal de la rédaction du site pierre-soulages.com

French artist Pierre Soulages in New York this Spring. Top events!

Le 21 avril 2014

sur www.yareah.com

Posted On 19 Apr 2014

By : Yareah Magazine

Tag: Dominique Lévy,French artists, Galerie Perrotin, New York, New York art, New York art events, New York exhibitis, New York galleries, Pierre Soulages
.
.
Pierre Soulages. (left) “Peinture, 296 x 165 cm, 4 janvier 2014″ 2014, Acrylic on canvas, 116 1/2 x 65 inches / 296 x 165 cm. (right) “Peinture 309 x 181 cm, 12 décembre 2013″ 2013, Acrylic on canvas, 121 3/4 x 71 1/4 inches / 309 x 181 cm. Photos: Vincent Cunillère. © ARS, New York & ADAGP, Paris 2014.
Rangé dans : galeries, New York

Exposition chez DOMINIQUE LÉVY GALLERY & GALERIE EMMANUEL PERROTIN à New York

Le 21 avril 2014

PIERRE SOULAGES 

 

APRIL 24 - JUNE 27, 2014

OPENING RECEPTION: THURSDAY, APRIL 24, 6 TO 8 PM

DOMINIQUE LÉVY GALLERY - 909 MADISON AVENUE, NEW YORK

 

peinture, 202 x 202 cm, 13 septembre 2013

 

On April 24, Dominique Lévy Gallery, New York, in collaboration with Galerie Emmanuel Perrotin, will open a historic exhibition by Pierre Soulages, the most important living French artist and one of the most internationally celebrated painters. The exhibition will take over the entire building at 909 Madison Avenue.  Two of the floors will be dedicated to Soulages’ recent paintings and a third floor will exhibit works from the 1950s and 1960s, a period of time during which Soulages was most active in America. An additional space will supplement the exhibition with a selection of documentary material that highlights Soulages’ long career.  We will publish a comprehensive catalogue to accompany this exhibition.

 

GALERIE EMMANUEL PERROTIN - 909 MADISON AVENUE, NEW YORK

 

 

Rangé dans : galeries, New York

Les Amis du musée Soulages

Le 20 avril 2014

NOUVEAU :

http://www.amisdumuseesoulages-rodez.com

Bienvenue sur la page de l'association des amis du musée Soulages !

Rangé dans : musée Soulages

vient de paraître :

Le 16 avril 2014

"PIERRE SOULAGES

Conques / La lumière révélée"

 

de Bruno Duborgel

 

éditions Bernard Chauveau, Paris

Collection : Regard d'artiste

Relié - illustrations couleur, format : 20 x 25 cm / 50 pages, publication : avril 2014, ISBN : 9782363061102

 

Entre 1987 et 1994, Pierre Soulages réalise les 104 vitraux de l’église abbatiale Sainte-Foy-de-Conques, en créant un verre non coloré et translucide, qui respecte les variations de la lumière naturelle.Dans un texte inédit, Bruno Duborgel porte un regard nouveau sur le travail de recherche de l’artiste qui a réalisé plus de 700 tentatives avant de parvenir au résultat espéré ! En mettant en dialogue la réflexion de Pierre Soulages avec des vues intérieures et extérieures des vitraux de l’église, le texte révèle la longue aventure créatrice de l’artiste, traversée de questions esthétiques, spirituelles et technologiques.Les vitraux de Pierre Soulages expriment ainsi le passage du temps. Leur nature «physique» est un tremplin pour une expérience poétique, une méditation d’ordre métaphysique. Elle révèle une lumière qui, selon les mots de l’artiste, «propose de la contemplation, du silence, de la concentration, de l’intériorité».

Rangé dans : Conques, littérature

l’accrochage au musée de Rodez

Le 14 avril 2014

Pierre Soulages prépare l'accrochage de ses oeuvres au musée de Rodez

sur cultureboxfrancetvinfo.fr

Rangé dans : musée Soulages

« Préfiguration » à Vienne

Le 27 mars 2014

Le nouveau Centre d'Art Contemporain de la Ville de Vienne ouvre ses portes le 15 mars 2014 dans l’ancienne Halle des bouchers de Vienne 

avec l'exposition Préfiguration du 15 mars au 16 mai 2014

Les artistes de l'exposition : Jacques Barry, Amina Benbouchta, Pierre Buraglio, Daniel Buren, Jacqueline Dauriac, Mohamed El Baz, Philippe Favier, Pierre Gangloff, Bernard Garcier, François Morellet, Cédric Nove-Josserand, Bernard Rancillac, Pierre Soulages, Claude Viallat.

   peinture, 100 x 25,5 cm, 27 février 1986, huile sur toile

 

voir sur culturebox

lire à propos de cette peinture : "Pierre Soulages. La planche noire de lumière" par Bruno Duborgel, Jean-Pierre Huguet éditeur, collection Les Sept Collines, 2006

AVANT-PROPOS

 "Voici, debout, solitaire, grave et mutique, une œuvre de Pierre Soulages (Peinture, 100 x 25,5 cm, 27 février 1986), une planche noire de lumière, une présence singulière somptueuse, rythmique, disruptive, déroutante. Comment aborder et tenter de dire cet objet poétique et réfractaire à toute formulation ? Faisons nôtre, d’abord, la manière dont l’artiste lui-même “fréquente” une œuvre d’art :  Quelque chose vit, qui demande que l’on s’arrête, que l’on fasse silence. Alors, les mots ne peuvent servir qu’à rendre compte de l’état d’absence de mots. Singulier handicap. Et pourtant cette peinture occupe en nous un territoire qui, plus que jamais, a besoin d’elle dans une époque bavarde”. Les mots s’élèvent d’accéder à cette humilité, et ils s’honorent cependant de ne pas renoncer, de brûler en cercle, avec ferveur et périlleusement, autour de ce bloc d’inconnu qu’ils fréquentent en le maintenant tel. "

[...]

Rangé dans : archives, galeries

Ouverture du café BRAS

Le 26 mars 2014

 

"Musée Soulages : Michel et Sébastien présentent le Café Bras"

sur CentrepresseAveyron.fr

"Le chef Michel Bras inaugure sa nouvelle adresse au musée Soulages"

sur lamontagne.fr

"L'art et la table au musée Soulages de Rodez avec les chefs étoilés Bras"

sur tempsreel.nouvelobs.com

"Le restaurateur Michel Bras ouvre un café au musée Soulages"

sur midi-pyrenees.france3.fr

&

 

Rodez. Les BTS STA2 cuisinent «inspiration Soulages»

sur ladepeche.fr

 

& pour mémoire le site :

http://cafebras.fr

 

Rangé dans : musée Soulages

« Benoît Decron : le gardien du musée »

Le 24 mars 2014
"Rodez. Benoît Decron : le gardien du musée"

sur LaDépêche.fr le 23/03/2014 par Manon Rey

  Conservateur en chef depuis plus de quatre ans, Benoît Decron est, avec son équipe, la clé de la réussite touristique et culturelle du futur musée Soulages.

[...] Responsable de l'enrichissement, de la conservation, de l'étude, de la mise en valeur et de la diffusion des collections dont il a la charge, il effectue des visites de maintenance, surveille les marchés de l'art et veille sur les dispositifs protégeant les précieuses collections du musée. Benoît Decron se charge de transmettre, avec précision, son savoir et sa passion.

Rangé dans : musée Soulages

« Rodez. Matisse et Soulages comme compagnon de voyage »

Le 4 mars 2014

sur ladepeche.fr

Professeur d’université et historienne de l’art, Natalie Adamson animera une conférence intitulée Matisse et Soulages comme compagnons de voyage (ce jeudi 6 mars, à 18h30, à La Doline, Sébazac, entrée libre).

Natalie Adamson est maître de conférences à l’université de Saint-Andrews, en Écosse, où elle donne des cours d’histoire de l’art contemporain et d’histoire de la photographie. Elle a achevé un doctorat sur l’histoire de la Nouvelle École de Paris, 1944-1964, à l’université de Melbourne. Son séjour de recherche à Paris lui permet de préparer un ouvrage sur ce sujet. Elle a publié des articles sur la critique d’art pendant les années «50», et sur des peintres, comme Pierre Soulages, Jean Bazaine, Bernard Buffet ou Odilon Redon. Elle collabore régulièrement par des comptes rendus critiques à la revue History of Photography.

[...]

 >Lire aussi dans le journal du site pierre-soulages.com (en anglais) des écrits de Natalie Adamson.

Rangé dans : archives, musée Soulages

Aisthesis

Le 2 mars 2014

"Pour toute la beauté jamais je ne me perdrai, sauf pour un je-ne-sais-quoi qui s'atteint d'aventure" Jean de la Croix

Entretien avec Pierre Soulages

Février 2003

D. Demartini : Les questions que je vais vous poser vont suivre l’ordre de développement du processus de création.

Pour commencer, j’aimerais que vous tentiez d’expliquer comment naît l’impulsion du premier geste ?

P. Soulages : Cela se passe de manières très variables. J’ai toujours dit que c’est ce que je fais qui m’apprend ce que je cherche. Au départ je n’ai pas d’idée rigoureusement préétablie. Il y a une anecdote qui permet de l’expliquer. Un jour un artiste, connu dans les années cinquante, affirmait devant un groupe de peintres qu’il avait son tableau dans la tête et que, s’il existait un procédé pour le reproduire, cela lui suffirait. Cela me paraissait absolument étranger à ma manière de penser. D’ailleurs je me souviens avoir fait une plaisanterie qui ne l’avait pas rendu heureux. Il disait : « mon tableau est dans la tête, je n’ai plus qu’à l’exécuter » Je lui avais répondu : « oui, et l’exécution est capitale ». Cela ne lui avait pas plu mais, de fait, sa vision des choses m’était, et m’est toujours, profondément étrangère. Avoir une idée, ou même simplement envie de quelque chose, ne donne pas pour autant lieu à une visualisation préalable de l’œuvre. Dès l’instant où je commence à travailler, je ne cesse d’échapper à l’idée ou l’envie de départ. Je suis toujours attentif à ce qui se produit sur la toile et qui fait que ça bifurque, que ça change de direction, que ça devient autre chose puisque, de manière générale, le tableau avance et s’échafaude dans un dialogue (si on peut appeler ça un dialogue) entre ce qui se passe sur la toile, ce qu’on ne peut prévoir, et l’artiste. Ce qu’on imagine est toujours pauvre à côté de ce qui peut se produire sur une toile par la couleur, la matière colorée, la quantité… C’est de cette manière que le tableau se rapproche du moment où je ne peux plus rien faire. Au moment où ce que j’obtiens est quelque chose qui, à mes yeux, vit, je m’arrête.

[...]

 

 

 

Rangé dans : archives, Blog