Exposition Universelle Montréal 67

Catalogue Pavillon de France – Montréal 1967

Document fourni par la Galerie Gmurzynska, Zurich.


 

Préface

Il est normal que dans le Pavillon français de l’Exposition de Montréal 1967 la part accordée à l’art contemporain soit très importante. Elle est à la mesure des témoignages des grandes réalisations du génie français dans le monde moderne dont on a rassemblé les images. Elle est la suite logique de l’exposition des trésors des musées français qui va du Moyen-Âge aux divers mouvements idéologiques du début de ce siècle. Enfin elle est le juste complément de l’évocation des œuvres de nos écrivains et savants contemporains.
Le contenu de cette section résulte des propositions d’une commission où s’affrontaient des tendances diffé­rentes. Il s’est enrichi des travaux réalisés dans les manufactures de l’État aujourd’hui rénovées et en pleine activité. Cette exposition n’aurait pu prendre une telle ampleur sans l’action efficace du service de la création artistique du Ministère d’État chargé des affaires culturelles.
Le choix effectué répond à plusieurs objectifs : il s’efforce de montrer l’ampleur de la vie artistique en France et le renouvellement incessant de ses composants. Dans la succession de rupture et d affirmations brutales qui donnent à l’art moderne un visage si particulier. il s’applique à explorer les diverses voies ainsi ouvertes. Il s’agissait d’une part d’affirmer certaines présences essentielles. C’est ainsi qu’on a réuni alentour du pavillon un ensemble de sculptures monumentales attirant aussi bien une vision humaniste qu’une signalisation de hauts symboles. Dans l’architecture même ont pris place des œuvres conçues spécialement en fonction de l’espace proposé, œuvres sculptées, peintes, tissées ou même libérées de toute pesanteur et ramenées à des éclairages mouvants, les unes et les autres destinées à exalter, animer le cadre où figurent les exemples les plus significatifs de tout ce qui s’est élaboré en France en ces dernières années.
Une large place a été faite aux œuvres d’aujourd’hui, encore en évolution en gestation, choisies sans aucune distinction de tendances ou d’origine selon le seul critère de la vie. Aux œuvres de méditation et de réflexion répondent des œuvres de provocation et de refus salutaires. Aux techniques éprouvées s’ajoutent les impro­visations audacieuses qui tirent des accents nouveaux des matériaux employés hors de toute routine et de toute tradition.
Souhaitons qu’il résulte de cette vaste confrontation le sentiment de la solidarité profonde qui relie des œuvres si diverses à l’évolution du monde moderne.

Jacques Lassaigne

 

La première page du catalogue – Document fourni par la Galerie Gmurzynska, Zurich.

 

L’œuvre présentée dans le pavillon :
Peinture 159 x 202 cm, 21 août 1963

Peinture 159 x 202 cm, 21 août 1963

 

NDLR : le catalogue légende par erreur l’œuvre comme suit :

  errata

Auteur(s) : Drouin, René – Lassaigne, Jacques – Mathey, François – Gai-Carles
Éditeur : Le Temps, Paris. Parution : 01-01-1967
Références : OCLC : 301424127